dessin (167) texte (43)

2013/02/27

Le top 7 des insultes de footballeurs


1 « Va vendre des gaufres avec ta sœur à la Bourboule ». C’est, parait-il, ce qu’aurait dit Materazzi à Zidane lors de la fameuse finale du mondial allemand. Tout le monde sait que les footballeurs détestent les gaufres et s’il y a bien un lieu où ces millionnaires refuseraient d’aller même avec une prime conséquente c’est bien à la Bourboule (ville où les gens meurent souvent de crises cardiaques d’ennui). Double chouma donc à qui est destinée cette insulte. On comprend alors certains réflexes coup de boulistiques.


 2 « Je nique ton sponsor bien profond ». Ici, le coup est super bas. Il vise pratiquement la famille. Néanmoins, lorsque le joueur insulté a plusieurs sponsors, il peut se permettre la répartie qui tue : « Lequel ? ». Dans ce cas précis, l’insultant a intérêt à connaître tous les sponsors du type et surtout le plus important. Sinon, il n’a plus qu’à se faire nain de jardin dans ses chaussettes.

3 « Tu t’es fait ta coupe toi-même ? ». L’allusion est sextuple : un, la coupe du mec est tellement pourrie qu’il n’a pu que se la faire lui-même. Deux, sa gueule est tellement pourrie qu’il n’a même pas trouvé une nana pour s’occuper de sa coupe. Trois, avec sa coupe pourrie sur sa gueule pourrie, il ne risque pas de s’en trouver une, de nana. Quatre, vu que c’est un footballeur pourri, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il fasse coiffeur. Cinq, en même temps vu sa coupe même en coiffeur, il est pourri. Six, d’où qu’on le regarde, il est vraiment tout pourri.

4 « C’est marrant. T’as les quatre côtés des pieds égaux et qui se joignent à angles droits. En imaginant qu’on trace sur eux des diagonales, je ne serais pas étonné qu’elles se coupent en leur milieu et perpendiculairement ». Les fameux pieds carrés, version sophistiquée. Etonnamment, seulement à la quatrième place de ce classement. Attention, cette version ne peut se dire qu’à condition que le match ait franchement baissé d’intensité ou alors qu’il n’ait pas du tout débuté. Il faut aussi que l’insulté soit suffisamment instruit pour la comprendre.

5 « Transférable au PSG ». Cette insulte a remplacé « mongolito du ballon » depuis maintenant une dizaine d’années. Quand elle est adressée à un joueur du PSG, elle devient nulle. Marche pour tous les autres joueurs du championnat français, suisse et belge. Fonctionne à 3000 pour cent pour les anciens joueurs du PSG qui ne veulent plus le redevenir (en général le gars devient tout bleu et simule un claquage pour être remplacé).

6 « Putain, avec qui t’as appris à jouer au foot ? L’abbé Pierre ?  ». Insulte de jeune joueur bling-bling venant de la banlieue. A égalité avec « Clodo de la ligue 1 » ou encore « SDF des deux jambes » mais aussi « Emmaüs en short ».

7 « Toi, tu dois pas avoir peur d’avouer ton salaire ». Insulte de vieux briscard plein aux as. Il y avait aussi en quarante quatre lettres : « Par hasard, ce serait pas toi l’homme qui valait un SMIC » ou encore sur mot compte triple « Face d’endetté ».

Aucun commentaire: